Retour…

Bonjour à tous,

Premièrement je m’excuse de cette longue absence. La vie est tout sauf un long fleuve tranquille.

Me voilà de retour, je vais essayer de finir toutes les histoires que j’avais commencées. En espérant que vous y reviendrez, si ça ne devait pas être le cas je vous comprendrai.

Allez au travail.

Teed Jaan

Publicités

Ayez! Je suis édité!!!

Chères lectrices et chers lecteurs j’ai l’immense joie de vous annoncer que je suis publié.

Comme je vous l’annonçais, quelques mois auparavant, Edilivre avait retenu ma nouvelle, L’Esprit-songe.

Elle est désormais disponible sur le site de l’éditeur : http://www.edilivre.com/librairie/l-esprit-songe-20b08e6538.html#.U89tlbGK5u0.

J’espère qu’elle vous plaira. A bientôt…

 

Amicalement

L’étrange royaume de Rouen – 9 –

 reine_mod

Place saint-Maclou, sur les marches de l’église attendaient sept étranges personnages.

– Ce sont les Légendes ! dit la première voix

– Oui, continua une deuxième

– Tu parles de Légendes, conclut avec sarcasme une troisième

Trois femmes et quatre hommes constituaient les Légendes. Celle qui frappait de suite était une rouquine dont la beauté coupait le souffle. Elle était parfaite ! Quant aux deux autres, autre chose émanait d’elle. L’une, dont la chevelure noire corbeau et le teint mat annonçaient des origines orientales, dégageait une aura de mystère. Sans être belle, elle possédait un charisme indéniable. La dernière pétillait de joie de vivre, un sourire continuel fendait son visage. Les couleurs bigarrées qu’elle portait semblaient la marque d’une espièglerie bien consommée.

 

Lampe_génie_mod

 

 

 

Chez les hommes, deux sortaient du lot. Deux colosses, presque aussi grand que Madi, même si le géant les dominait encore d’une bonne marge. Par contre, en largeur, il perdait du terrain. Le plus costaud possédait un casque de moto avec le sigle des Chicago Bulls. Excepté son jean, il portait l’accoutrement complet du motard. Le deuxième gaillard était un Noir, noir d’ébène ! Sous sa peau, une puissante musculature noueuse impressionnait. Tête rasée, barbe hirsute, il leva des yeux intenses en direction de Madi.

chicago-bulls-mod

Les deux derniers, l’un blond et l’autre châtain, étaient beaux et jeunes. Ils attendaient patiemment la suite des évènements. Le blond portait des vêtements aussi bigarrés que l’espiègle. Le châtain, quant à lui, aurait pu être le meilleur ami du monde, la douceur de ses traits inspirait la confiance.

Quand Madi s’approcha, les Légendes se levèrent.

Troubadour_mod

– Je ne sais pas qui t’es, mais je sais que c’est toi que j’attends, commença celui qui portait un casque.

– Je suis le Prophète, se présenta Madi

– Le Prophète ? répéta, intrigué, l’homme casqué.

– Oui, et toi tu es le Minotaure, continua Madi

– Ecoute mon pote, je sais pas ce que tu racontes, mais moi c’est Alexandre.

– Alexandre le Minotaure, renchérit le Prophète.

– Non…

– Enlève ton casque alors !

Alexandre essaya. Cela dura plusieurs minutes, ce qui fit rire l’assistance. Mais rien à faire, il n’y parvint pas.

– C’est quoi ce… ?

– Alexandre laisse tomber, lui conseilla Madi. Qui es-tu ?

– Alexandre ! T’es sourd ?

– Oui, et à part ton nom ?

– Euh…

– Alors écoutez-moi. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis votre guide.

– Guide vers quoi ? demanda de façon agressive l’autre colosse.

– Calmez-vous ! intervint l’espiègle. Je l’aime bien notre guide.

– Merci la Fée !

– Morgane, je préfère.

– Ok, continua Madi profitant d’un apaisement des esprits. Comme je vous le dis, je ne sais pas… Enfin Bref. Je sais des choses. Je ne… Bon écoutez, nous sommes dans une réalité qui change. Comment dire ? il faut qu’on tue la Reine.

– La Reine ? C’est quoi ? intervint Morgane.

– Bah… Je ne sais pas, mais elle est en train de modifier la réalité pour la contrôler. Et pour ça elle utilise les médias.

– Ce n’est pas très clair tout ça, Monsieur le guide, dit le blond aux vêtements colorés.

– Pour essayer d’être plus simple, tenta Madi, elle provoque des événements, crée des émissions auxquelles adhèrent des milliers de gens. Plus les gens adhèrent, plus forte est son emprise et mieux elle peut modeler la réalité. Nous devons briser cette domination afin que les habitants de Rouen retrouvent leur libre arbitre. Comme nous-mêmes, d’ailleurs.

– Et c’est quoi le rapport avec nous ? demanda la beauté fatale.

– Nous sommes aujourd’hui les seuls à Rouen à échapper à son emprise. Nous sommes les Légendes, ces figures d’espoir qui appartiennent à la mémoire collective de l’Humanité. La Reine menace cette richesse, il nous appartient de redonner cela aux gens. Car le but de la Reine est d’effacer ce qui rend unique chaque individu, et de faire de tout le monde un seul et même individu. Fini la diversité, elle veut le conformisme universel.

fée_mod

– En gros, tout le monde pense la même chose ! résuma la mystérieuse orientale.

– Et surtout que personne ne s’oppose à elle ! rajouta celui qui n’avait pas encore pris la parole.

– Un monde chiant, en somme ! dit Morgane

– Je crois que vous m’avez compris ! conclut Madi

– Et maintenant ? s’enquit le colosse d’ébène

– Savez-vous qui vous êtes ? demanda Madi

– Non ! répondit la montagne de muscle

– Tu es le Guerrier ! Et toi…

– Oui : la Fée ! plaisanta Morgane

– Non, toi derrière, en s’adressant à la mystérieuse orientale, tu es le Génie.

– Je suis donc Hayat le Djinn.

– Et moi ? demanda le blond

– Tu es le Troubadour. Et toi, tu es la Sirène, dit-il à la rouquine.

– Moi c’est Judas, j’espère…

– Tu es le Traitre ? le coupa Madi.

Pendant quelques secondes, il y eut un flottement dans l’air. Ils se tournèrent tous vers Juda.

– Ce n’est pas le plus simple des rôles que tu me donnes, cher Guide ! essaya de plaisanter le Traitre.

– Je ne suis malheureusement pas aux commandes. Comme vous, je subis.

– Comment on peut faire équipe avec quelqu’un dont on connait la traîtrise par avance ? demanda la Sirène.

– La trame est complexe et de nombreuses choses nous échappent, expliqua piteusement Madi.

– Désolé, mais je ne lui fais pas confiance ! dit le Guerrier.

Ulysse_et_les_sirenes_mod

A vous de jouer…

1 – Les Légendes ne lui font pas confiance et décident de se débarrasser de Juda

2 – C’est Juda lui-même ne voulant pas que l’Histoire se répète qui décide d’abandonner les autres

3 – Après mûre réflexion, il est décidé que l’hypothétique trahison de Juda pourrait avoir son utilité

Kronos l’Immortel 2

Flash et Smaker s’habituaient à leurs nouveaux corps. Flash incarné dans le corps de Paul, le « black » s’harmonisait plus vite que Smaker dans celui d’Arthur, le « blond » légèrement moins sportif.

Les capsules se déployaient. Flash commença à se déshabiller et à revêtir une sorte de harnais de combat. En fouillant davantage le box, il tomba sur un carton. A l’intérieur, deux blousons de motard s’y trouvaient, ainsi que deux casques, deux paires de bottes et deux paires de mitaines. Flash activa une des options de la capsule : plusieurs milliers de mini-fourmis drones se dirigèrent vers sa découverte. Une transformation étonnante commença. Après un laps de temps très court, blousons, casques, bottes et mitaines possédaient un aspect beaucoup plus martial. Les petites fourmis y avaient injecté un maximum de technologie.

–          Tu fous quoi, Smaker ?, s’agaça Flash.

–          Arthur, enfin ce qu’il en reste, montre des réticences. Nerveusement la synchro n’est pas géniale. Mais si tu me laisses cinq minutes ça devrait le faire, répondit le frère en grimaçant et gesticulant involontairement

–          Il faut rejoindre Stella rapidement. Et nous, faut qu’on se tire d’ici. On a un quart d’heure avant d’être repérés.

–          Ok, je fais de mon mieux.

Après quelques minutes les deux frères s’employaient à s’apprêter le plus rapidement possible. Une fois prêts, ils se dirigèrent vers le box. Quand ils virent la Guzzi, un sourire fendit leur visage béat.

–        On ne va pas pouvoir…, commença Flash

–        Oh que si !

–        On n’a pas le temps.

–         Mais si ! Le temps qu’on va perdre ici, on va le gagner après, promis petit frère, conclut Smaker en rappelant son droit d’aînesse.

–         Tu fais chier, Smaker !

–         Je sais, mais c’est moi qui décide, dit-il en dansant et en sortant une petite boule de la taille d’une balle de tennis.

Smaker appuya sur un bouton, et la boule flotta dans les airs. Dans leur monde du futur on appelait cela une matrice de réalité. Un objet capable de modifier technologiquement une mécanique primaire. Un quart d’heure plus tard, si la Guzzi gardait toujours sa forme générale, sa motorisation avait changé, et elle avait un aspect plus futuriste.

–          Allez, on se casse ! dit Flash en enfourchant la bécane.

–          Hey, tu fais quoi ? Ok t’énerve pas ! ajouta-t-il quand son frère lui jeta un regard de tueur.

–          Pas mal la bécane, dit une troisième voix. Un truc de fou, même. C’est ça que vous cachiez ici ? Je pensais que vous étiez seulement deux pédés qui venaient s’emmancher ici en toute tranquillité.

Les jumeaux se retournèrent pour voir trois types. Celui qui parlait, un grand Noir dont le débardeur blanc mettait en valeur la musculature de salle. Les deux autres, métis, portant des casquettes sur le côté dans un style consommé de ghetto, souriaient bêtement. En fouillant dans la mémoire de leur hôte, Smaker et Flash surent que ni Arthur ni Paul ne connaissaient ce dealer. Ce dernier ne le cachait d’ailleurs pas : chaînes et bague en or.

–          C’est quoi votre style, les gars ? continua le chef

–          On ne veut pas vous faire du mal… on ne veut pas de problème ! bégaya Flash, provoquant l’hilarité des nouveaux arrivants.

–          Ah c’est gentil ça ! Vous allez pas nous faire de mal ! Ouf, j’étais en train de me chier d’ssus ! Hein les gars ? dit-il en dégainant un pistolet.

–          Pas croyable ! pesta Smaker. Faut toujours qu’il y ait un blaireau qui se la joue !

–          Qui tu traites de blaireau ? cria le dealer en pointant son arme vers les frères.

A ce moment la réalité se tordit. Les voyous regardèrent derrière eux.

–          Merde un transfert ! pesta Flash. Faut se barrer, et les tuer tous ! il commença à haute voix, mais, la fin de sa phrase, il ne fit que la penser. Mais son frère l’entendit.

Il démarra la moto. Quand le dealer et ses acolytes reportèrent leur attention sur eux, ils eurent juste le temps de se prendre une décharge électrique provenant des mitaines de Flash. Ils s’écroulèrent.

Le dealer et un de ses acolytes avaient pu être sauvés. Stella avait eu le temps de neutraliser l’arc d’énergie de Smaker. Mais devant l’onde de choc, non seulement elle n’avait pas pu en sauver un mais les deux autres tombèrent dans l’inconscience. Ce qui allait retarder la synchronisation.

Et surtout elle perdait l’un de ses hommes, qui allait se transférer dans un mort…

–        Transfert réussi !

–        On a perdu Thomas ! constata avec amertume Alexandre

–       Merci, j’avais pas remarqué ! ironisa Stella, dégoutée de se retrouver dans le corps d’un homme. J’ai fait ce que j’ai pu. Heureusement que j’ai retrouvé mes capacités psychiques juste avant le transfert. Sinon c’est nous tous qui étions perdu. Relativise ! Allez ! On se grouille, on trouve de la technologie et on entame la transformation ! Tiens, lui dit-elle en lui pointant le pistolet au sol, ça peut servir.

–          Il faut retrouver ces enfoirés et leur faire payer pour Thomas !

–          Reste concentré ! On a une mission, on n’est pas là pour se venger ! Nous sommes ici pour la gloire de Kronos.

 parking à étages_rogné

La Guzzi entra dans le parking à étages du centre commercial. Niveau deux. Des gens vaquaient à leurs courses. Samedi, la zone semblait bondée. Les deux frères descendirent de la moto. Ceux qui les remarquèrent, intrigués par leur accoutrement, les fixaient bien malgré eux.

Le rendez-vous avec Stella avait été fixé au rez-de-chaussée. Ils empruntèrent un ascenseur pour descendre. Celui-ci leur sembla d’une lenteur insupportable.

 centre_comm_esc_ret

Ils s’arrêtèrent au premier. Les jumeaux se dirigèrent vers une espèce de balcon qui surplombait le lieu du rendez-vous. Quand quelqu’un bouscula Smaker.

–          Eh ! Paul ! Waouh quel look ! Vous allez où ? demanda Vincent, un ami de Paul et Arthur.

–          Ecoute Vincent, commença Smaker, j’ai pas le temps. On se rappelle, on se fait une petite bouffe. Désolé mec !

–          Eh ! Les gars ? Vous êtes bizarres ? C’est quoi votre délire ?

–          Casse-toi ! hurla Flash

–          Flash, doucement ! commença Smaker. Et puis c’est vrai, casse-toi ! C’est violent comme ça, mais tu nous remercieras.

–          Ok ! dit Vincent qui commençait à s’éloigner.

centre comm_ret

Arrivés au balcon, Smaker et Flash virent Stella. Elle faisait les cent pas.

–          Ce n’est pas normal. A moins qu’elle n’ait trouvé son parfait sosie six siècles plus tard, déclara Flash.

–          Ouep. Y a un souci. Je vais envoyer un petit copain de plus près.

Smaker s’accroupit et pianota sur une console virtuelle. De l’une de ses petites sacoches accrochées à son harnais, il sortit un œuf métallique qui se divisa en deux. Il récupéra une des moitiés, et l’autre prit rapidement la forme d’une petite araignée.

–        Va voir ce qu’il y a là-bas.

Et l’araignée de foncer vers Stella.

 araignée_méca_ret

–          Alors ? Demanda Flash.

–          Ce n’est pas Stella. C’est un hologramme, répondit Smaker

–          Ca veut dire…

–          … que Stella est morte.

–          On fait quoi ?

–          On se casse.

–          C’était notre amie, on n’essaye même pas de savoir. Scanne les environs. Cherche d’où provient la source de la projection

–          Eh monsieur-je-sais-tout, tu peux me laisses travailler un peu. Attends je vois un truc ! Enfoiré !

–          Quoi ?

–          C’est Jabbot !

Jabbot attendait depuis pas mal de temps. Et les deux frères ne venaient pas. Se doutaient-ils de quelque chose ?

Enfin un des frères approchait. Peut-être que lors du transfert, l’autre était mort. Il l’appelait de ses vœux. Jabbot était le soldat le plus redoutable de Kronos, mais dans ce passé ses capacités étaient réduites. De plus, malheureusement, il souffrait du mal du transfert : une sorte de mal du pays. Il se sentait instable et, pour Jabbot le Terrible, c’était un sentiment aussi inconnu que la peur. Affronter les jumeaux dans leur époque n’était déjà pas une mince affaire, mais dans cet âge de pierre…

Bref, il fallait se ressaisir.

Smaker ou Flash ? Il voyait un jeune Noir s’approcher. Il portait des vêtements autochtones armurés et connectés. Nanotechnologie dernière génération, se dit-il ! Ils avaient réussi à faire le transfert le plus difficile. C’est sûrement pour ça qu’un des frères y est resté !

A une dizaine de mètres, le jeune lança un objet à travers Stella ! Il sait que c’est un hologramme. Il faut agir !

Jabbot bondit de sa cachette. Pianota sa console. Et les jambes de Flash furent clouées au sol. Ce dernier pianotait fiévreusement sa console tandis que son ennemi s’approchait triomphalement de lui.

–        Tu ne pourras pas m’envoyer des petites amies Smaker !

–        Comment as-tu su que j’étais Smaker ?

–         Tu es plus frimeur que ton frère. Et je suis sûr que le choix de ton corps ne reflète que ton ego surdimensionné.

–          Ego surdimensionné ? Tu es mal placé pour me le reprocher.

–          Tu t’es choisi un athlète. Alors que moi, regarde ! J’ai pris le premier venu, car mon esprit est un esprit supérieur ! Le corps n’est rien, ainsi que l’apparence.

–          Et tu parles de mon égo surdimensionné !

–          Tu ne pianotes plus ?

–          Non, je suppose que tu as modifié la structure moléculaire tout autour de moi. Du coup, je ne peux modeler le métal liquide dont sont composées mes petites amies. Alors j’essaye d’être stoïque.

–          Sage décision. Tu sais que je ne suis pas quelqu’un de vraiment patient. Alors je te dis adieu.

–          Attends !

–          Quoi ?

–          Stella ? Que lui avez-vous fait ?

–          Je crois qu’elle n’a pas eu le temps de faire le transfert. Elle doit se faire torturer avant reconditionnement. Triste.

–          Tu entends ça ?

–          Quoi ?

–          Ce bourdonnement.

–          Tu essayes de gagner du temps.

–          Effectivement, et j’ai assez d’informations comme ça ! Pour Stella ! hurla Flash.

 arc_électrique

Soudain un essaim de petites mouches métalliques discrètement posées sur les murs formèrent un cercle autour de Jabbot. Et Flash lâcha une décharge d’électricité blanche vers les petits drones qui l’amplifièrent. Jabbot avait eu le temps de préparer une défense, mais il fut quand même surpris. Il hurla quand son casque commença à fondre et que sa chair fusionna avec le métal. Malgré la douleur, il réussit à appuyer sur l’un de ses boutons virtuels. Une onde de choc balaya tout dans un périmètre de trente mètres. Flash fut projeté et alla percuter un mur.

Smaker rappela ses petites amies, embarqua son frère à demi inconscient, et ensemble ils prirent la tangente.

L’étrange royaume de Rouen – 8 –

rouen_coucher_soleil

Sophie sortit de la salle d’interrogatoire. Elle se rendit immédiatement dans la pièce d’à côté où ses collègues et le psy ne manquaient rien de ce qui se passait avec Monier.

« Il faut trouver ce frère ! Il est peut-être en train de commettre un meurtre, au moment même où nous parlons. »

Les policiers s’activèrent…

 catacombes-0006.ret

Une heure plus tard…

Le brigadier Sophie Hamel de nouveau fit face à Bertrand Monier.

 

« Nous avons retrouvé ton frère.

–          Pas possible ! s’exclama Monier

–            Pourquoi pas possible ?

–            Il est insaisissable !

–            Ecoute… on l’a trouvé. Quel véritable lien avais-tu avec ce frère ?

–            Nous avons les mêmes liens que tous les frères ont !

–            Tous les frères ?

–            Je comprends pas ce que tu racontes ?

–            Lui, te considérait-il comme ton frère ?

–            Bien sûr !

–            Vous aviez la même mère par exemple ?

–            Euh…

–            Je ne sais pas, est-ce que vous alliez à l’école ensemble ?

–            Bah… je ne sais plus.

–            Qui est l’ainé, par exemple ?

–            C’est… c’est moi, je crois !

–            C’est quoi sa date de naissance ?

–            Le… on ne fêtait pas les anniversaires chez nous !

–            Soit, il est comment ? Grand ? Petit ? Sympa ? Bref, tu vois ce que je veux dire ?

–            En quoi c’est important ?

–           Disons que c’est le genre d’information à connaître sur son frère. Sa date de naissance, si c’est notre petit ou grand frère. Petit, à quoi on jouait ? Si on était ou pas dans la même école. Enfin, les gens normaux savent ce genre de choses.

–            T’es en train de dire que je ne suis pas normal, c’est ça ?

–            Non, je suis en train de dire que t’es un taré ! C’est pas pareil !

–            Je crois que t’as plus rien à dire, c’est pour ça que tu m’insultes !

–            Non !

–            Alors… pourquoi ?

–            T’as pas de frère, espèce de malade ! hurla Sophie. La fraternité ce n’est pas comme ça que ça se conçoit.

–            Je ne comprends pas ! Je crois que c’est toi la tarée !

–            Je vais te buter, sale merde ! dit Sophie en contournant la table.

Ce fut à ce moment que Tran entra dans la salle. Connaissant son amie et collègue mieux que les autres, il perçut immédiatement qu’elle perdait pied.

Il s’interposa entre elle et Monier. Le visage, de ce dernier, traversé de tics trahissait sa rage. Il fulminait littéralement. Voyant l’inspecteur, la jeune femme revint à la raison, elle sortit de la salle.

 brouillard_et_stratus_ret

Tran s’assit face au psychopathe qui fixait haineusement la porte par laquelle lui échappait une victime dont il aurait répandu les tripes avec joie. Lorsqu’il se tourna enfin vers l’inspecteur, il essayait de maitriser les nombreux spasmes de jouissance que lui procuraient ses idées malsaines, réfrénant dans le même temps un sourire.

–            Inspecteur, que puis-je pour vous ? demanda-t-il, d’une voix étrangement autoritaire

–            Rien, malheureusement, monsieur Monier. Enfin, juste la vérité !

–            Oui, je n’aime pas parler aux hommes !

–            Je me doute, mais ça sera moi et personne d’autre, désormais.

–            Je veux le brigadier !

–            Je n’accèderai pas à votre requête. Ici, c’est moi le patron, et c’est moi qui donne les ordres ! Ok, monsieur Monier ? clarifia avec une sereine autorité Olivier Tran. Les choses s’étaient inversées. Alors, votre frère ? Quel est son vrai nom ?

–            Je ne sais pas ! Je ne le lui ai pas demandé.

–            Ok ! Tu l’as connu comment ? demanda Tran en se massant les tempes

–            Il était à la Providence.

–            Providence ?

–            Oui, l’école.

–            Comment t’as fait…

–            Je lui ai proposé d’organiser une fête chez moi. Et il voulait voir comment la maison était agencée. Je lui ai dit qu’il y avait une piscine. Et il a mordu à l’hameçon.

–            Tu l’as tué ce jour-là ?

–            Non, pas tout de suite. Je voulais pas le tuer. Je voulais qu’il devienne mon frère.

–            Ça a marché ?

–            Quand je lui ai accordé ma confiance il a essayé de fuir. Je ne supportais pas de le perdre. Pour le garder près de moi… il fallait que…

–            Pourquoi lui ?

–            Toutes les filles l’aimaient. Je me suis dit qu’avec un grand frère comme ça, elles m’aimeraient aussi.

–            Bertrand, ça ne marche pas comme ça.

–            Personne ne m’a rien expliqué inspecteur, répondit le gamin qui subsistait en lui. Personne. Je voulais juste plus être seul.

enfant isole.ret

Kronos l’Immortel – 1 –

Chroniques urbaines…

 

– 1 –

 20-V7-Stone_mod

 

 

Dans un box, à la périphérie de la ville, deux jeunes hommes travaillaient d’arrache-pied pour arriver au terme d’un projet qui leur tenait réellement à cœur. Une Guzzi V7 Stone ! Fans de mécanique, leur talent leur avait permis de retaper ce modèle dont ils étaient tombés amoureux. La Guzzi est une moto de prestige, confortable et élégante, mais aussi très fiable. Arthur et Paul, désormais détenteurs du permis, allaient pleinement profiter du bijou qui naissait entre leurs mains. Ils avaient hâte que ce projet aboutisse pour montrer à leurs proches ce secret qu’ils gardaient depuis maintenant deux ans. De plus, leur box se trouvait non loin du bois de la Blonde, surnom que tout le monde donnait à cette partie de la forêt où une fameuse prostituée blonde offrait ses services. Lieu peu rassurant de fait, ils ne seraient pas mécontents de quitter cette partie de la ville. En fait, de nombreux box servaient de caches pour des activités illégales.

 vortex temporel_01_rogné_aerographe

 

 

C’est alors que la réalité se tordit, que la terre trembla, et que de sinistres craquements se firent entendre. Les deux jeunes eurent la nausée. Dans le bois, il se passait quelque chose d’inhabituel. Les arbres se tordaient comme si un géant les écartait. Une fois remis de leur malaise, Arthur et Paul décidèrent d’aller voir ce qui se passait. Prudemment, ils s’approchèrent de ce qui semblait être l’origine de cette distorsion de la réalité. Deux arbres arrachés finissaient de se consumer au milieu d’un cercle de fougères calcinées. Les deux jeunes amis se regardèrent, intrigués.

 

Ciel arbre_crayonné

Un sifflement se fit. Arthur et Paul se tinrent la tête, terrassés par une douleur insupportable…

  – Transfert réussi !

– Pauvres gars, mais bon il en va de la survie de l’humanité !

– Pourquoi t’as pris le black ?

– On s’en fout ! Si tu le voulais je te le laissais.

– Ouais ! T’as raison, on s’en fout, on va crever de toute façon !

– C’est bien, après un transfert de six siècles je vois que ton pessimisme est toujours intact.

– Tiens, ça me fait penser. Nous sommes bien le samedi 5 juin 2021, 15h23.

– Parfait ! Magnifique. Ce qu’on peut faire avec une biographie. Quelle sacrée mémoire, Arthur. Notre saut est quasi parfait.

– Envoyons un message à notre futur, cher frère.

– Allons-y !

Quand Arthur et Paul reprirent conscience, ils ne se maitrisaient plus. Ils étaient les témoins extérieurs de la possession de leur corps par deux entités qui semblaient venir d’un lointain futur. Six siècles ! Ces deux esprits venaient d’un monde où régnait un être immortel et maléfique : Kronos.

Ils arrivaient du futur pour éliminer l’Immortel. Car c’est de cette réalité dans laquelle ils venaient de se matérialiser que leur ennemi était originaire. Et, dans celle-ci, celui qui se faisait appeler Kronos l’Immortel, était encore mortel.

Sablier_aquarelle

Ces deux entités étaient intrinsèquement proches, voire fusionnelles. Arthur et Paul comprirent qu’elles étaient jumelles, et plus encore. Durant ce qu’elles désignaient comme un saut, leurs esprits s’étaient mélangés. Et même si lors du transfert chaque partie de leur être reprenait sa place, une fusion irrémédiable s’était faite, et leur nature s’en trouvait à jamais changée.

Quand elles prirent entièrement contrôle de leurs corps, elles déployèrent une technologie étrangère. Arthur et Paul furent fascinés, mais très peu de temps, car leurs esprits s’estompaient. Ils disparaissaient à jamais.

 Ailleurs, la réalité se tordit, la terre trembla, et de sinistres craquements se firent entendre dans un petit parc.

Franck, ce beau samedi, avait décidé d’aller au parc lire. Il fut projeté du banc et atterrit dans le buisson d’en face. Quand il voulut se relever, il fut terrassé par un sifflement. Le buisson s’anima et le retint au sol. Il sentit une entité s’emparer de son corps.

  – Transfert réussi !

Franck sut que l’entité défendait un maître immortel, terrorisé par la perte de son immortalité. Ses ennemis avaient trouvé le moyen de transférer leur esprit dans des corps du passé. L’entité qui le possédait devait trouver les jumeaux et les détruire ; car Smaker et Flash étaient ses plus redoutables ennemis. La première destruction dans cette réalité serait l’effacement de l’esprit de son hôte. Comprenant ce qui allait lui arrivait, Franck reprit momentanément possession de son corps et poussa un ultime hurlement.

Jabbot se synchronisa avec l’espace-temps…

Les gens autour de lui criaient et s’enfuyaient. Il n’en avait cure. En plus de leurs esprits, seule leur technologie pouvait voyager à travers le temps. Il déploya la petite capsule, de la taille d’une tête humaine. Elle contenait une bio-armure et un générateur. Une fois équipé, il pouvait faire un test, car ce qui semblait être les forces de l’ordre venait d’arriver dans le parc. Il vérifia son générateur : dix pour-cent ! Ça devrait suffire.

 Oeil droit_cyborg_rogné_postérisé

 

Quand la police arriva sur les lieux, un homme, maigrichon, à l’accoutrement étrange se tenait au milieu d’un buisson. Il portait une sorte de tunique rouge et noire miroitant qui lui arrivait à mi-cuisse et surtout une espèce de casque de la même couleur qui ne lui couvrait que la moitié de la tête, avec petite visière bleutée sur l’œil droit. Un jean, la seule chose de familier qu’il portait, rentrait dans des bottes du même matériau que le reste. Il pianotait une console virtuelle projetée par sa ceinture.

  – Rendez-vous ! lui intima-t-on

  – J’ai besoin d’une centrale de données ! répondit-il machinalement

– Une quoi ?

Sans répondre Jabbot se dirigea vers les quatre policiers. Ils firent feu ! Mais un mur invisible arrêta les balles, qui tombèrent au sol devant les tireurs éberlués. L’homme du futur pianota de nouveau sur sa console et les hommes retournèrent leurs armes contre eux.

Jabbot continua son chemin. Au passage il attrapa un homme qui avait eu l’imprudence d’être trop curieux. Il lui planta dans l’œil une longue aiguille reliée par un câble fin à sa ceinture. Il pianota encore. Il obtint enfin son information. Ils appelaient ça Internet !